découvrir le surf

Journal de voyage – La fois où j’ai découvert le surf

Continue Reading
Humains et océan

Journal de voyage – Des humains et un océan

Continue Reading
été en famille

Voyage – Un été en famille dans les Caraïbes

Continue Reading
Ma routine de voyage

Journal – Ma routine de voyage

Continue Reading
blogue | Voyage

Journal de voyage – La fois où j’ai découvert le surf

By on 25 avril 2020
découvrir le surf

J’ai quitté Las Terrenas avec un grand sentiment d’accomplissement. Mais en fait, c’était beaucoup plus que ça. Je ne saurais le décrire, mais ça ressemblait presque à de l’ivresse. Comme si le mélange d’eau salé, de soleil et d’adrénaline m’était monté à la tête. Ça me donnait une sensation d’engourdissement agréable qui m’apportait beaucoup de sérénité. Ma première expérience avec le surf avait été tellement parfaite.

Partie précédente: Des humains et un océan

J’étais certaine d’une chose; ça ne serait sûrement pas ma dernière visite à Las Terrenas et surtout, ça ne serait pas la dernière fois où je me tiendrais debout sur une vague. 

Inutile de vous dire à quel point mon corps a souffert le lendemain matin. J’avais sollicité des muscles dont j’ignorais l’existence. C’était une douleur que j’appréciais puisqu’elle me confirmait que je n’avais pas rêvé tout ça.

Cette sensation de légèreté a duré quelques jours et je réfléchissais déjà à comment y retourner dès que possible.

Quelques jours plus tard, je prenais un café avec une amie qui traversait une période difficile. Je lui expliquai que je connaissais un endroit parfait pour lui changer les idées. 

Et c’est comme ça que deux jours plus tard, on prenait la route vers Las Terrenas dans le seul et unique but d’aller surfer.

Plus on approchait, plus je me sentais fébrile. J’avais peur que mes attentes soient trop élevées. Je devais prendre en considération plusieurs facteurs sur lesquels je n’avais aucun contrôle et le plus important d’entre eux était bien sûre l’océan. 

J’avais prévu prendre ma 2e leçon de surf le lendemain matin. À mon réveil, j’avais les mêmes papillons dans l’estomac que la première fois. J’ai avalé quelques fruits et un café et je suis allée me préparer.

leçon de surf
Les premières minutes

Ma nervosité est tombée dès que je suis entrée dans l’eau. J’ai surfé pendant plus d’une heure. Ce fut tout aussi magique que la première fois. Mon amie, qui avait beaucoup plus d’expérience que moi se trouvait non loin dans l’eau et on se saluait entre les vagues.

En principe, nous devions rester une seule nuit, mais en sortant de l’eau après la première session de surf, nous nous sommes précipitées à la réception de l’hôtel pour les informer que nous allions rester une nuit supplémentaire. Durant le reste du séjour, il y a eu plusieurs autres sessions de surf et quand on ne surfait pas, on discutait devant l’océan, un jus ou une bière à la main.

Playa bonita
Entre deux sessions de surf

Un regard différent

Le surf avait complètement changé ma relation avec l’océan. Je pensais à toutes ces occasions où je m’étais retrouvée devant la mer en ne la considérant que comme une simple comodité où aller me rafraîchir où un décor à photographier.

Même quand je n’étais pas entrain de surfer, je la contemplait avec un oeil différent. Je prenais des notes sur les techniques des surfeurs, j’analysais la séquence des vagues, je rêvassais à ma prochaine session. 

Observer l'océan
Observation

Malgré ce changement sur ma perception, je n’avais aucun regret de ne pas avoir essayé le surf plus tôt. Au contraire, j’étais fière d’où je venais et où ça m’avait amené. 

C’était très valorisant pour moi de me rappeler qu’il y a 4 ans, j’étais clouée à un lit d’hôpital. D’ailleurs, si une personne m’avait dit à ce moment là que d’ici quelques années, j’allais essayé le surf, je pense que je l’aurais jugé.. 

Durant ces deux jours, j’avais réussi à gagner beaucoup de confiance et plus que jamais, j’étais convaincue que ce sport était pour moi. Malgré la fatigue et les courbatures, j’aurais continué encore et encore. 

surf
Une belle vague

Mais nous étions le 23 décembre 2019 et demain, ce serait la veille de Noël. Je savais que ce qui m’attendait à Cabarete n’allait pas être de tout repos. C’était le début de la haute saison. Fini les plages désertes et les cafés vides. Maintenant, partout où j’irais, ce serait bondé de touristes.

Haute Saison

Cette année, je ne ressentais pas vraiment d’enthousiasme à l’approche des fêtes. J’étais bien avec ma petite routine et je n’avais pas vraiment envie que ça change. 

Mon emploi du temps était très axé sur mon bien-être. Je faisais plusieurs cours de yoga, je faisais de l’équitation, j’allais à la plage avec mes copines, je prenais des cours d’espagnol et depuis tout récemment, je surfais. Je profitais à fond de mon séjour dans les Caraïbes.

Front Loop piscine
Après midi à la piscine

Mais éventuellement, je me suis laissée prendre par le tourbillon de la haute saison. Et avec mes habitudes sociales qui avaient beaucoup changés au cours des derniers mois, j’ai suivi le troupeau et j’ai commencé à sortir beaucoup.

Au cours des 4 dernières années, je n’avais, pas une seule fois, mis les pieds dans un bar. Et même si parfois j’avais été nostalgique des années durant lesquelles j’avais été un oiseau de nuit, je croyais que ça faisait parti de mon ancienne vie et je l’acceptais.

Mais la vérité, c’est que ça me faisait un bien fou de sortir danser et de me laisser aller. Même si mon corps me faisait parfois savoir que je n’avais plus 20 ans, je savais que j’avais le droit de m’amuser après toutes les concessions que j’avais du faire dans les dernières années.

Par contre, j’ai réalisé bien assez vite que les nuits de Cabarete n’avait pas tellement changé depuis les dix dernières années et éventuellement, j’avais l’impression d’avoir fait le tour. 

Et c’est au bout d’un mois, vers la fin janvier, que j’ai commencé à me demander si j’allais vraiment rester 6 mois à Cabarete. À ce moment là, j’avais un gros mal de gorge qui persistait et une blessure à un genou. Ça affectait mon sommeil, ma productivité et mon humeur. Je me sentais un peu prisonnière de cette île parce que je n’avais aucun autre endroit où aller. Mon appartement de Montréal était loué et de toute façon, il était hors de question de je débarque au Québec en plein mois de janvier. 

La réalité, c’est que je n’avais envie que d’une chose; retourner à Las terrenas. 

Et mon souhait s’est exaucé lorsque j’ai fait la rencontre d’un couple qui venait passer deux mois en République Dominicaine. Ils avaient exprimés le désir de visiter un peu le pays et à mon grand bonheur, leur premier choix s’était arrêté sur Las Terrenas. 

Je faisais cette route pour la 3e fois et je la trouvais toujours aussi belle. On traversait des petits villages, on s’arrêtait parfois dans des petits restaurants en bord de route et le trajet se terminait par une magnifique route dans les montagnes qui longeait l’océan.

café
Pause café

Mon amie avait à peu près le même niveau que moi en surf alors nous avons décidé de prendre une leçon privé ensemble. À certain moment, on prenais les vagues en même temps, on s’encourageait, on rigolait de ces moments un peu moins glorieux où on se faisait renverser par les vagues.

Le lendemain, on a établi qu’on se sentait maintenant suffisamment en confiance pour surfer seule sans l’aide d’un professeur.

Leçon de surf

À compter de maintenant, je devrais continuer mon apprentissage en me fiant uniquement sur mon instinct. Je savais que ça ne serait pas facile, mais je voulais développer mon autonomie.

Tandis que nous passions plusieurs heures par jour dans l’eau, le soir, on restait assis devant l’océan à boire des bières en regardant le soleil se coucher.

coucher de soleil après surf
Coucher de soleil Playa Bonita

J’avais l’impression de vivre les plus beaux jours de ma vie. Je me sentais forte, vivante et sereine. Je me disais que si tout devait s’arrêter demain, je serais comblée. 

Mais comme toute bonne chose a une fin, nous devions reprendre la route et quitter cet endroit que je qualifais maintenant de mon « happy place ».

À suivre…

Continue Reading

blogue | Voyage

Journal de voyage – Des humains et un océan

By on 30 mars 2020
Humains et océan

Article de voyage précédent: bloguelabonnemine.com/voyage-un-ete-en-famille-dans-les-caraibes/

Après avoir passé un été merveilleux à Cabarete, j’ai fait un court saut à Montréal. Je suis revenue dans l’unique but d’avoir les autorisations nécessaires pour pouvoir repartir plus longtemps. Cette année encore, je voulais passer l’hiver au bord de l’océan. J’allais obtenir une exemption du gouvernement afin de conserver mon assurance maladie puisque mon séjour durant l’année 2019 allait dépasser les 6 mois. 

J’avais peine à croire que j’avais passé près de 6 mois dans les Caraïbes durant l’année. Non seulement, cela aurait été impossible il n’y pas si longtemps, mais aussi parce qu’il m’avait semblé que le temps avait passé tellement vite. 

Je savais que ça pouvait s’expliquer par le fait qu’il y avait eu un changement majeur dans ma vie récemment; la reprise d’activités sociales. Au cours des derniers mois, j’avais recommencé à me sentir bien lorsque j’étais entourée d’humains. Je dirais même que c’était devenu un besoin essentiel. 

Et comme si inconsciemment, je communiquais ce besoin, des humains sont naturellement venus à ma rencontre. 

Picnic entre humains Cabarete
Picnic entre humains
Picnic entre humains Cabarete
Picnic entre humains

Je savais bien que j’avais cette personne sociable enfouie en moi, mais la maladie m’avait imposé de me protéger davantage et j’avais trouvé du réconfort dans l’isolement. Ça m’avait permis de me sentir libre de mes choix et me rendait l’unique responsable de mes états d’âme. J’avais basculé dans le côté sombre de l’isolement, mais je m’en étais sortie. 

Ça me rassurais d’être rendue là dans mon cheminement post-maladie. Ça voulait dire que je n’avais plus peur d’être blessée, que j’étais prête à prendre des risques et que je pouvais enfin dévoiler la personne que j’étais devenue après les épreuves du passé.

Avec ce changement d’habitudes sociales, est venue une remise en question professionnelle. Jusqu’à maintenant; le travail avait été mon allié pour occuper mon temps et j’avais choisi de composer ma vie autour de ça. 

Le fait que le travail ne soit plus le centre de ma vie venait brouiller les cartes.  En mettant mes énergies sur ma vie personnelle, j’ai été contrainte de réévaluer la place que le travail avait prit dans ma vie. 

Et la vie s’est chargé de me montrer le chemin vers des décisions importantes. 

Les signes

Par un beau dimanche après midi, mon ordinateur a cessé de fonctionner sans raison particulière. Du jour au lendemain, j’ai été dans l’obligation de reporter certaine de mes tâches professionelles.

Café et soleil

Durant les premiers jours, j’étais tellement déstabilisée. Je me sentais ridicule et coupable. J’étais complètement perdue sans cet objet sur lequel je passais la grande majorité de mon temps.

Mais j’ai dû composer avec ce problème et trouver des solutions et ça allait changer complètement mes méthodes de travail. Durant la journée, je me rendais sur le lieu de travail d’une amie et j’empruntais son ordinateur durant quelques heures. Je n’avais donc pas le choix d’augmenter ma productivité. À la fin de la journée, lorsque j’éteignais l’ordinateur, j’avais terminé mon travail et je pouvais consacrer le reste de mon temps aux loisirs.

C’est durant ces semaines sans ordinateur que j’ai décidé de mettre fin à certains contrats, dont un important qui me causait beaucoup de stress et qui trop souvent tardait à me payer.

J’étais convaincue que cet incident avait eu un effet positif sur ma perception du travail. Je commençais à prendre goût de devoir travailler sur un horaire précis et à ne pas culpabiliser lorsque je consacrais du temps pour les activités sociales.

Après-midi en catamaran

Novembre 2019

En arrivant à Cabarete, le 1er novembre 2019, c’était comme si je n’étais jamais partie sauf peut-être pour la température qui enfin était plus fraîche que durant l’été. La basse saison avait provoqué la fermeture temporaire de plusieurs restaurants, les plages étaient désertes de touriste et les hôtels vides. 

Plage – basse saison

J’adorais l’ambiance de village fantôme de Cabarete sachant que d’ici quelques semaines, les touristes allaient débarquer par centaine et prendre d’assaut chaque centimètre de plage disponible. 

La basse saison avait aussi comme avantage de rassembler la communauté locale. Il n’était pas rare que je croise des amis dans les cafés où j’allais travailler et que la journée se termine par un 5 à 7 improvisé à la plage. 

Lorsque je ne travaillais pas, je visitais le pays, je faisais de l’équitation, je sortais avec des amis et je continuais à être assidue à mes cours de yoga. Malgré la basse saison, j’avais trouvé un hôtel dans le village qui offrait des cours à un horaire qui me convenait. C’était un peu loin, mais j’avais pris un arrangement avec un moto taxi local qui venait me chercher le matin.

Certains jours, j’étais la seule à me présenter au cours et j’avais droit à un cours privée selon mes besoins. Éventuellement, je me suis liée d’amitié avec ma professeure de yoga, une Canadienne de l’Alberta, qui était là pour quelques mois. 

Après les cours, on allait prendre un café et quelqu’un a lancé l’idée de partir en road trip sur la côte nord de la République Dominicaine. Notre choix s’arrêta sur Las Terrenas, qui se trouvait à environ 2 heures de Cabarete. 

Las Terrenas 

Lorsque j’étais adolescente, mes parents avaient loués une magnifique maison dans cette région. Ils y passaient quelques semaines durant l’année. J’étais donc allée à trois reprises. À cette époque, Las Terrenas n’était en fait qu’un tout petit village qui longeait l’océan. J’y avais appris à conduire un scooter et ma meilleure amie et moi adorions faire la route qui longeait la plage plusieurs fois par jour. La maison était face à la plage et la terrasse donnait sur un grand terrain rempli de palmier.  

Évidemment, la ville avait bien changé en 20 ans. Une grande communauté de Français s’y étaient installés. On pouvait donc trouver plusieurs boulangeries, des restaurants de cuisine française et des produits Européens sur les tablettes des supermarchés. 

Ça faisait du bien de changer d’air. Bien sûre, j’aimais beaucoup le côté bohème de Cabarete, mais la fille urbaine en moi était charmée par le style plus organisé de Las Terrenas. 

L’hôtel que nous avions choisi nous avait été recommandé par des amis. Il était situé à quelques minutes de voiture du centre ville, dans un secteur hôtelier en bordure de l’océan. La plage; Playa Bonita était reconnu pour le surf, mais cela n’avait en rien influencé mon choix d’hôtel. 

Playa Bonita

Nous allions y passer deux nuits. L’hôtel était très sympathique. Ses chambres étaient toutes face à l’océan. Devant la plage se trouvait un grand terrain où étaient disposés plusieurs chaises, hamacs ou petits canapés. Sur place, il y avait un restaurant, un bar, un food truck et une petite école de surf. 

Une gaufre svp
Playa Bonita

Il y avait de la musique, des chiens partout, des gens assis entrain de discuter ou de prendre du soleil, des surfers qui prenaient une bière entre deux sessions de surf. 

Je m’y suis sentie bien dès la première minute. On s’est installée devant la plage et on a observé les surfers dans les vagues. Ils étaient peu nombreux à cette période de l’année. C’était le moment idéal pour prendre une leçon. 

Le surf

Après discussion avec un employé de l’école, j’avais rendez vous dès le lendemain matin pour une leçon privé. 

En me réveillant le lendemain matin, j’étais terrorisée. Je n’avais jamais été une très grande nageuse. Depuis plusieurs années, je n’allais jamais me baigner lorsque l’océan était trop agité. J’avais essayé le kitesurf plusieurs années auparavant et j’avais eu très peur. Je n’avais jamais voulu recommencer. 

Mais même si l’idée d’annuler mon cours m’a traversé l’esprit une bonne dizaine de fois, j’ai décidé que j’allais le faire. Je n’avais rien à perdre et je devais vérifier si ce sport était pour moi ou non. 

Leçon de surf

30 minutes plus tard, après un cours théorique, j’entrais dans l’océan avec ma planche. Il n’y avait personne d’autre que le professeur et moi. J’avais l’océan pour moi toute seule. 

J’ai réussi à me mettre debout dès la première vague. Je n’avais aucune attente, je ne savais pas si j’aurais la force ou l’équilibre, mais mon corps a vite compris quoi faire. La leçon a durer 2 heures. J’étais épuisée, j’avais avalé beaucoup d’eau salé, j’avais les yeux rouges et la bouche sèche, mais j’étais certaine d’une chose, je n’étais pas la même fille que ce matin à mon réveil. 

À suivre…

Catherine

Continue Reading

blogue | Voyage

La fois où j’ai changé de carrière à 40 ans

By on 18 juin 2019
La fois où j'ai changé de carrière à 40 ans

En réalité, j’avais 38 ans, mais je trouvais que ça punchais plus de dire 40 ans. Changer de carrière à la fin de la trentaine, c’est un gros move qui fait très peur.

En vieillissant, j’ai l’impression de courrir après ce sentiment de sécurité qui me permet de bien m’endormir le soir. Le problème, c’est que ce faux sentiment de sécurité avait tendance à me faire prioriser des choix qui sont sans risque et disons le, ça rend la vie un peu moins excitante.

Continue Reading

blogue | Convalescence

Journal de voyage – Le choc du retour

By on 20 mai 2019
Cabarete voyage retour

Je me rappelle avoir lu un article un jour dont le titre était « Les voyages ont gachés ma vie » ou quelque chose du genre. En gros, cette fille disait que c’était si difficile pour elle de reprendre le cour de sa vie à son retour de voyage, qu’elle réalisait à quel point sa vie était vide de sens.

J’avais trouvé ça tellement absurde. Je me disais que cette femme n’avait clairement rien compris à la vie. Qu’elle était complètement folle. 

Mais malgré tout, je croyais saisir une partie de ses propos. Combien de fois le fait d’être de retour à ma routine m’avait complètement déstabilisé en revenant de voyage. 

Continue Reading

blogue | Voyage

Journal de voyage – Partie 3. La jolie rue

By on 5 mars 2019
Journal de voyage

Lire la partie 1: Le dépaysement

Lire la partie 2: L’appartement

Je me foutais que l’administration de l’hôtel soit mécontent de mon départ précipité. Je n’avais qu’un seul souhait; sortir de là au plus vite. Des amis à moi avaient un petit appartement disponible dans la même petite rue où je me trouvais déjà. Ils étaient disposés à me faire un très bon prix pour que j’y emménage jusqu’à ce que je trouve autre chose.

Continue Reading

blogue | Voyage

Journal de voyage – Partie 2. L’appartement

By on 12 février 2019
Journal de voyage l'appartement

Lorsqu’on part à l’étranger quelques mois, surtout pour y travailler,  il devient important de trouver l’appartement bien adapté à nos besoins. Un endroit confortable où se reposer, cuisiner et flâner les jours de pluie.

Pour lire la partie 1 de cet article: Journal de voyage. Partie 1 – Le dépaysement

L’appartement no. 1 

Il ne m’a suffit de quelques jours seulement pour m’acclimater à mon nouvel environnement. L’appartement que j’avais loué pour un mois était très jolie, mais l’immeuble avait l’air d’avoir été abandonné.

Continue Reading

blogue | Voyage

Journal de voyage – Partie 1. Le dépaysement

By on 20 janvier 2019
journal de voyage

Il y a environ deux ans, j’avais fait une série d’articles sur mon expérience de voyage à Cabarete lorsque j’étais dans la mi vingtaine. J’y décrivais comment cette expérience avait changé ma vie sur plusieurs plans.

Plus de 10 ans plus tard, après un diagnostic de maladie hématologique rare ayant mené à une greffe de moelle osseuse, je reviens là où tout à commencé.

Voici donc le récit de mon voyage…

 

 » Le voyage est le meilleur moyen de se perdre et de se trouver en même temps  » 

Brenna Smith 

Continue Reading

Beauté | Bien-Être | blogue

Mes produits préférés du moment

By on 7 décembre 2018
produits préférés

En faisant ma valise, ça m’a donné envie de vous partager quelques uns des produits dont je ne serais pas capable de me séparer et qui se retrouveront assurément dans ma valise pour mon séjour de quelques mois en République Dominicaine. 

J’ai fait un gros virage dans mes choix de consommations et j’ai essayé plusieurs marques différentes au cours des derniers mois. J’ai eu plusieurs gros coups de coeur autant pour des produits cosmétiques, que des vêtements ou du thé. 

Dans mes critères de sélection, j’essaie de prioriser ce qui est local, naturel, sans cruauté envers les animaux et à un prix raisonnable.

Continue Reading

blogue | Voyage

Les vrais raisons pour lesquelles je pars en voyage cet hiver

By on 20 octobre 2018
voyage

Dans quelques semaines, je quitte Montréal pour un long voyage à destination de Cabarete en République Dominicaine. Il y a environ 1 an, je me souviens avoir commencé à réfléchir à ce que je ferais si je remportais mon combat envers la maladie. J’avais besoin d’un projet, je voulais recommencer à rêver et travailler fort pour réaliser mes rêves.

Un voyage me semblait un des plus beaux projets sur lequel commencer à travailler.

Continue Reading

Bien-Être | blogue

Ma petite version du bonheur

By on 11 septembre 2018
ma version du bonheur

Le récit de ma quête du bonheur

Jusqu’à tout récemment, je passais encore pas mal de temps à essayer de remplir les pages de mon agenda et je croyais que c’était ce que je devais faire. Les remplir de ces choses qui me donnaient l’impression d’être quelqu’un. Ma définition du bonheur était celle que la société m’enseignait. En me couchant le soir, j’avais souvent ce sentiment de vide. Je n’étais pas comblée. J’avais peut-être gagné de l’argent, mais je ne me couchais jamais en étant pleinement satisfaite de ma performance. Je faisais parfois un retour sur les évenements de la journée en me disant que j’aurais pu faire ceci ou cela. Finalement, j’avais toujours l’impression que j’aurais pu faire mieux.

Continue Reading

Bien-Être | blogue | Mon Combat

La fois où j’ai cru avoir un mauvais karma.

By on 23 avril 2018
la fois où j’ai cru avoir un mauvais karma

Que tu y crois ou pas, quand des événements malheureux se présentent, tu finis toujours par te questionner sur le pourquoi ça t’arrive à toi.

Naturellement, tu commences à réfléchir à tous ces gens qui ont étés méchants avec toi, qui t’ont blessé. C’est pas que tu leur souhaite malheur à ces gens, mais parfois tu te compares et tu comprends pas comment ça se fait que c’est toi que le hasard a choisi.

Continue Reading

Bien-Être | blogue | Décoration

Décoration. Mon appartement, mon espace bien-être

By on 15 mars 2018
literie, apaisant, fleur

D’aussi loin que je me rappelle, la décoration m’a toujours intéressé. Lorsque j’étais jeune, mes deux parents travaillaient en immobilier et j’habitais dans des maisons qui ont étés photographiées pour des magazines de décoration. J’ai donc toujours été habituée durant mon enfance à l’importance d’un décor harmonieux. À la maison, les objets étaient soigneusement choisis et disposés de manière à créer un décor unique.

Continue Reading

blogue | Voyage

La fois où tu as voyagé différemment

By on 27 février 2018
La fois où tu as voyagé différemment

Mise en garde: Ce texte risque de te donner envie de partir en aller simple sur le prochain vol disponible. Tu as peut-être voyagé un peu, ou beaucoup… Ça va peut-être te rappeler des beaux souvenirs de cette fois où tu as voyagé différemment. Ou au contraire, ça te fera réaliser que tu as toujours suivi la masse et que tu es peut-être passé à coté de quelque chose.

Continue Reading

blogue | Mon Combat

La fois où le médecin m’a annoncé la mauvaise nouvelle

By on 11 février 2018
la fois où le médecin m’a annoncé la mauvaise nouvelle

Encore aujourd’hui, chaque fois que je m’assois dans le bureau d’un médecin, je ne peux m’empêcher de devenir anxieuse. Je surveille avec attention le langage corporel du médecin, j’essaie de détecter ce qu’il va me dire. J’évite les moments de silence. Parce que je ne serai jamais capable d’oublier cette journée d’automne 2009 lorsque le docteur m’a annoncé la mauvaise nouvelle qui allait changer le cours de ma vie.

Continue Reading

Bien-Être | blogue | Convalescence

Un jour tu ne seras plus malade…

By on 16 janvier 2018

J’arrive en voyage. Depuis plusieurs semaines déjà je me fais des plans de voyages. j’imagine des moments classiques de vacances faisant référence à mes voyages précédents. Je me vois sur la plage à marcher avec la brise. Je me vois siroter une délicieuse noix de coco sous le soleil après m’être baigné dans une eau à la température rafraichissante ou encore à boire un cocktail tropical avec le rythme de la musique des Caraïbes. Dans ces plans, je ne suis plus malade. Je suis une survivante.

Continue Reading

Bien-Être | blogue

La fois ou j’ai abandonné le Blogue La Bonne Mine

By on 2 décembre 2017
la fois où j’ai abandonné blogue la bonne mine

C’est aujourd’hui, à mon retour de voyage que j’observais sur le coin de la table; mon ordinateur qui était fermé depuis 7 longs jours. J’avoue que j’avais hésité jusqu’à la dernière seconde à savoir si j’allais l’apporter avec moi. Cet ordinateur avait été ouvert presque tout le temps depuis plusieurs mois principalement pour travailler sur le blogue.

Continue Reading

Bien-Être | blogue

La fois où j’ai eu peur du changement.

By on 30 octobre 2017
peu changement

On a tous des idées de grandeur qui nous traversent la tête. Des rêves, une liste de chose à accomplir. Des projets qu’on a parfois très envie de réaliser. Parfois, on en rêve en secret par peur qu’une personne essaie de nous en dissuader. Il y a aussi le genre de projet qu’on fait après deux bouteilles de vin lorsqu’on se croit invincible. L’instant d’une soirée, on est convaincu qu’on vient de changer notre vie.

Continue Reading