Bien-Être | blogue

La fois où j’ai eu envie d’abandonner… (Les fois…)

5 novembre 2017
abandonner

Ce n’était pourtant pas la première fois que je me levais du mauvais pied avec l’impression de ne pas avoir fermé l’oeil de la nuit, des douleurs musculaires intenses, un bruit de marteau qui vient de l’extérieur… Mais ce matin là, j’aurais voulu rester au lit et ne pas faire face à cette journée. Rien n’arrivait à me faire sourire, j’avais juste envie de tout abandonner…

abandonner

J’avais eu un traitement la veille et comme à chaque fois, j’avais du prendre quelques pilules contre la douleur. Étant donné que les veines étaient devenues trop fragiles, on avait décidé de me retirer plus de sang que prévu. 400 ml au total, c’était une bonne quantité de sang pour une fille au petit gabarit comme moi… Chaque fois que je sortais de là, il y avait donc un mélange d’effets secondaires des médicaments et de fatigue post-traitement…

Ce qui fait que la veille au soir, j’étais tombée comme une buche après avoir abandonné le projet du souper en mangeant deux tranches de pain et un peu de fruits pour souper. J’avais juste hâte au lendemain. Hâte de me lever et d’avoir un autre 14 jours sans rendez vous médicaux et sans aiguille dans mes veines.

Lendemain…

Mais ce lendemain joyeux et léger n’est pas venu. Je me suis plutôt levé avec un gros nuage gris sur la tête. Aucune envie de faire ce yoga qui fait pourtant parti de ma routine depuis plusieurs mois. Aucune envie de sortir les chiens, alors que la veille j’avais plutôt décidé de courir avec les chiens plutôt que de marcher. Même pas envie de me préparer un des ces délicieux smoothies bowl que je fais pourtant chaque matin. Et surtout, pas envie de publier cet article qui est prêt et pour lequel j’avais tellement hâte que mercredi arrive.

La seule chose que je pouvais faire pour chasser cette soudaine déprime, c’était de m’occuper et de faire les choses que je ferais normalement. Je suis donc partie marcher. Mais voilà que je me sentais triste que ce soit déjà novembre et ce maudit café à 5$ me rapellait que les assurances tardaient encore une fois à me verser mon salaire merdique.

abandonner

Gris…

Ce matin là, j’avais beau me raisonner… tout était laid, j’étais inconfortable, j’avais l’impression d’être bonne à rien. J’avais envie de tout abandonner. Tout ce que j’avais bâti n’avait plus aucun sens. Cette petite voix qui me répétait souvent d’apprécier ce que je possédais ne me disait rien. J’avais l’impression que cette belle attitude qui m’accompagnait depuis plusieurs semaines était partie.

Ça m’a prit quelques jours. Durant lesquels, je regardais l’heure à tout bout de champs en attendant qu’il soit l’heure d’aller me coucher. Le soleil me tapait sur les nerfs et la grisaille me déprimait. Mon chandail préféré ne m’allait plus, ma chanson du moment ne me donnait plus envie de chanter. J’avais l’impression de remettre en question la moindre petite chose. Trouver un sens à tout ça. Je m’efforçais de faire du ménage dans ma tête et NE PAS prendre de décisions impulsives.

abandonner

Insupportable…

Et je continuais d’avancer, mais ce n’était pas fluide, ni naturel. Fallait que je me concentre très fort pour sourire parce qu’en réalité, il y avait rien que je trouvais drôle et j’avais tout simplement aucune patience envers la serveuse, la caissière ou la fille qui marchait trop proche de moi sur la rue en parlant de choses insignifiantes sur son téléphone.

Et puis, un matin dans cette suite consécutive de journée merdique, j’ai un engagement et je ne peux pas m’en sortir. Je dois y aller. C’est comme ça. C’est non négociable. Genre, j’ai promis et je ne peux pas abandonner.

Le pilote automatique…

J’essaie autant que possible d’enclencher le pilote automatique. Je me prépare en sachant que je ne serai bien dans aucun de mes vêtements, que je le sais que je devrais peut-être faire un effort, mais c’est dur. Je m’arrange comme je peux en me disant que d’ici quelques heures, je vais être de retour dans mon linge mou sur mon divan à regarder s’il y aurait pas quelque chose de stimulant à la télé qui me donnerait ce bon coup de pied au derrière que j’ai tant besoin.

abandonner

La lumière…

Et une fois à ce rendez vous où je me suis rendue de peine et de misère, je stresse un peu. J’ai de la misère à engager la conversation, mais plus je discute, plus je me surprend à être détendue et intéressée. Et là, il y a cette personne qui me dit: « je suis super contente de te voir! »  Ou « hey! T’as l’air bien!! Comment tu vas? »

Et tout d’un coup! Boum! Je réalise que ça me fait du bien et que mon linge mou et Netflix peuvent attendre à demain. Quelqu’un s’intéresse à moi. Et je me rend compte que tout ce dont j’avais besoin, c’est d’une petite conversation old school face à face. Pas d’emoji, ni de like. Juste un petit sourire sincère et une main sur l’épaule.

C’est tellement simple et c’était à ma portée tout ce temps là. On a beau avoir la technologie pour communiquer, on a encore besoin les uns des autres et il n’y a rien comme une belle conversation entre amis pour se remonter le moral les jours de pluies… #cheesy #jassume

Catherine

abandonner

Crédit photo: Pexels

Vous avez aimé cet article? Épinglez le sur Pinterest

La fois où j’ai eu envie de tout abandonner. Les fois

Partager cet article
Facebook
Facebook
Instagram
TWITTER
Follow by Email
Pinterest
Pinterest

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
Instagram
TWITTER
Follow by Email
Pinterest
Pinterest