Mon Combat

Printemps, aide moi à guérir s’il vous plaît!

19 avril 2017
printemps aide moi à guérir svp

J’attendais ce printemps depuis 10 ans, mais il n’arrivait pas… J’avais besoin de lui pour guérir!

Passages nuageux

Les dernières semaines ont été des montagnes russes sur le plan émotionnel. Je me sentais comme si un nuage gris flottait au dessus de ma tête en permanence. Je n’étais bien nul part, je n’avais pas d’appétit, pas envie de sortir ou même de faire du ménage. En raison de mon système immunitaire encore fragile, j’avais eu un rhume durant trois longues semaines et c’était comme si combattre ce petit virus prenait toute mon énergie. J’avais envie de pleurer chaque fois que je me regardais, je détestais mon corps malade et mes maudits cheveux courts.

C’était très frustrant parce que quelques semaines auparavant, c’était complètement l’opposée. Je me levais le matin enthousiaste et excité à l’idée de travailler sur mon blogue. J’avais des idées d’articles pleins la tête. Même si j’avais de la douleur, je gardais une attitude positive, ce qui favorisait mes relations avec les autres. Je me sentais vraiment sereine et j’avais l’impression de reprendre le contrôle sur ma vie. Je ne comprenais donc pas pourquoi du jour au lendemain, j’étais devenue si négative et anxieuse.

Printemps en retard

Printemps aide moi à guérir svpJe suivais des cours de Yoga depuis peu avec un groupe de patient en oncologie de l’hôpital Notre-Dame et j’avais une séance le jeudi matin. Il pleuvait abondamment, c’était froid et humide. J’avais mal dormi, j’étais épuisée et je n’avais pas envie d’y aller, mais je savais que j’en avais besoin. Je me suis forcée ce matin là et j’y suis allée. Caroline Chantefort, la thérapeute en yoga nous a demandé de faire un souhait à tour de rôle. La majorité des participants ont fait allusion à la température et l’arrivée tardive du printemps. Je savais que ce mauvais temps n’aidait en rien ma situation, mais est ce que ce temps gris pouvait vraiment être la cause de cette soudaine déprime? Est ce que ça pouvait être si simple? Un manque de vitamine D, une carence en photosynthèse ou quelque chose du genre…

Ensuite, Caroline nous a suggéré de nous remercier d’être là. De reconnaitre que nous avions pris une décision pour améliorer notre bien-être en étant présent à cette séance. Cette affirmation avait tellement de sens et je m’y suis attardée quelques secondes. Je me suis senti apaisée presque instantanément. Mon rythme cardiaque est descendu à un niveau acceptable et le noeud que j’avais dans l’estomac a disparu. Je réalisais ce matin là que j’avais poser un geste pour me sentir mieux et je me suis répétée que cette pluie cesserait et que le soleil allait assurément finir par se pointer.

L’importance de s’ennuyer

Et je me suis souvenu que depuis les 37 dernières années, j’étais citoyenne de ce pays. Avec ces conditions météorologiques bien rigoureuses, ces hivers longs et froids, ces étés courts parfois décevant, ces printemps tant attendus. Certain dirait peut-être que j’ai de la chance d’être à la maison, de ne pas avoir à déneiger ma voiture pour aller travailler où d’attendre le bus à -25. Oui, c’est vrai, j’ai eu la liberté de pouvoir rester chez moi lorsqu’il faisait froid, qu’il pleuvait ou durant les tempêtes. J’étais sous la couverture lorsque vous étiez peut-être pris dans les embouteillages en allant au boulot. On m’a souvent dit d’en profiter pendant que ça passe… Mais la réalité, c’est que la couverture est plus chaude et douce lorsque nous avons eu froid et le lit est plus douillet quand le réveil sonne et qu’il faut se lever pour aller travailler. Bien souvent, c’est lorsque nous sommes privé de quelque chose ou que nous devons nous en séparer que nous réalisons à quel point nous l’apprécions. Vous êtes vous déjà réveillé en forme un matin après avoir été malade? N’est ce pas ces jours là que nous nous sentons vivant comme jamais et qu’on prend tout à coup conscience à quel point c’est précieux.

Et la lumière fut

Printemps aide moi à guérir svpEt puis, il est arrivé ce soleil! Je l’ai vu à travers mes rideaux un matin et j’ai eu envie de me lever pour la première fois depuis longtemps. Même si la chimiothérapie a laissé ma peau trop sensible pour s’exposer au soleil, je m’en fou, je voulais simplement que la lumière revienne, qu’elle entre chez moi et qu’elle me réchauffe, même à travers les fenêtres. J’avais besoin d’arrêter de perdre de l’énergie à essayer de chasser cette déprime.

Pour moi, l’arrivée du beau temps signifiait que je pourrais enfin profiter de cette nouvelle vie de survivante. Bouger et prendre de l’air frais faisait parti de mon processus de guérison, mais j’avais l’impression de prendre du retard sur cette convalescence qui allait me permettre de profiter de mes dernières années de trentaine. Chaque journée de mauvais temps me donnait l’impression d’être prisonnière. Tout ce que je voulais, c’était d’ouvrir les portes pour agrandir mon espace de vie.

Sortir de l’hibernation

printemps aide moi à guérir svpL’isolement est un passage obligé de la greffe. Les conséquences psychologiques sont inévitables. L’hospitalisation dans un environnement à air controlé, température fixe et le personnel qui porte des gants, masques & combinaison anti-toxicité, en plus de cette question qui revient sans cesse: Vais-je m’en sortir vivante? Ces aspects de la greffe m’ont fait comprendre qu’on ne doit pas prendre les choses pour acquis.

La nature est belle et plus on est reconnaissant envers ce qu’elle nous apporte, mieux on se sent et lorsqu’on prend le temps de l’écouter, elle peut nous apaiser, nous bercer et nous rassurer. La brise, le soleil et même le bruit de la ville me rappelle que je ne suis plus prisonnière de 4 murs et que bientôt je serai libre comme l’air. Ce printemps, il me permettra de me reconstruire, de tester ce nouveau corps greffés et d’accélérer ma guérison. Et pour vous, est ce que le printemps a une signification particulière? 😉

Catherine

Partager cet article
Facebook
Facebook
Instagram
Follow by Email
  1. Bonjour Catherine, je viens de découvrir ton blogue et, malgré l’âge qui nous sépare, je me reconnais beaucoup dans ton parcours de la maladie. J’ai participé à un groupe de support à Virage pendant un an, suite au cancer. Je peux dire, aujourd’hui, que ce groupe a contribué à guérir ma peine.
    Je t’ai un peu connu lorsque tu étais enfant. Tes parents étaient alors propriétaires du restaurant Le jardin. J’ai repris contact avec ta mère et l’on doit se revoir prochainement.
    Je trouve que tu écris très bien et je suis certaine que ton blogue aidera grandement plusieurs personnes touchées par le cancer. Merci!

    1. Bonjour Francine,
      Merci de vos bons commentaires. Je vais partager avec Virage, ils seront heureux de savoir qu’ils ont contribué à votre mieux-être.
      Quand, j’ai dit à mon père que vous m’aviez écris, il était très touché. 🙂
      Bonne chance et merci.
      Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
Instagram
Follow by Email