Beauté | blogue

Belle & bien dans sa peau, 25 ans d’engagement envers les femmes atteintes de cancer

25 mars 2017
belle et bien dans sa peau

Le programme Belle et bien dans sa peau… Des gens dévoués et engagés envers la communauté des femmes atteintes du cancer depuis 25 ans.

Avec mon blogue, mon objectif est d’aider les femmes atteintes de la maladie à ne pas se sentir seule, en leur donnant des outils pour passer à travers la maladie et en partageant un peu de mon histoire. C’était donc logique pour moi de contacter le programme Belle et bien dans sa peau; les objectifs du programme cadraient parfaitement avec ceux que je m’étais fixés pour mon blogue. Je n’avais pas de stratégies à long terme, mais mon désir d’aider la communauté des femmes vivant avec la maladie était grand et c’est pourquoi j’ai décidé de les contacter. Je souhaitais leur offrir mon aide et je voulais qu’ils sachent que malgré ma fragilité, mes limitations et les séquelles de ma greffe, j’étais moi aussi bénévole pour cette communauté et mes valeurs rejoignaient les leurs.

Je leur ai donc demandé si c’était possible pour moi d’aller assister à un atelier Belle et Bien dans sa peau. J’ai rapidement reçu une réponse positive de leur part. Ils acceptaient que je vienne à titre d’observatrice et que j’en fasse un article par la suite. J’avais été introduite à la fondation il y a très longtemps puisque j’avais tellement passé de temps dans des salles d’attente en oncologie. Il m’était arrivée de feuilleter leurs dépliants ou d’entendre des patientes en parler. Je ne savais pas encore à cette époque que j’allais moi aussi devoir vivre d’importants changements en raison de ma maladie.

Le Déroulement de l’atelier

belle et bien dans sa peauAnabelle; la coordonatrice des bénévoles m’a accueillie à l’hôpital Notre-Dame samedi dernier. À mon arrivée, un groupe de femmes aux tabliers roses s’affairaient à installer les stations de maquillage pour chacune des participantes qui devaient arriver à 10 heure. Aujourd’hui, le groupe allait être plus nombreux. L’installation à donc demandé un peu plus de temps. Certaines participantes étaient accompagnées d’une amie ou d’un membre de la famille. La salle était bien remplie.

Une fois les participantes installées, on leur a remis des trousses roses remplies de produits de beautés de diverses marques. Tous les produits inclus dans la trousse proviennent des dons de grandes entreprises de cosmétiques. Ce ne sont pas que des échantillons et les produits sont d’excellente qualité. On privilégie les produits avec pompes ou les tubes qui risquent moins d’être exposés aux bactéries. Il y a certaines variantes dans les trousses, en fonction de la couleur de la peau par exemple. Mais rien n’est négligé. De la crème solaire jusqu’au crayon contour des lèvres, les participantes ont de quoi se maquiller durant les mois à venir.

Les voir déballer leur trousse est fascinant. Elle sont excitées et surprises par la grande valeur du cadeau. Une chose est certaine, ce cadeau vient de mettre un baume sur leur cœur et pendant un instant, elles oublient peut-être les mauvaises nouvelles de la semaine, les traitements des prochains jours, le ménage qui doit être fait et pour lequel elle manque d’énergie. Ça fait peut-être longtemps qu’elles n’ont pas prit du temps pour elles, qu’elles ne se sont pas fait gâter.

Les Bonnes Pratiques

Dans ce cours, on insiste pour que les participantes adoptent des habitudes afin de minimiser les risques d’infections avec des produits contaminés ou périmés. On enseigne l’utilisation des spatules, des cotons tiges et des rondelles de cotons au lieu des pinceaux qui sont porteurs de bactéries. L’atelier commence par un nettoyage de la peau, démaquillage des yeux, application d’un tonique et d’une crème hydratante.

Les participantes; le visage bien propre sont prêtes à commencer l’étape du maquillage. On leur apprend à cacher les signes de fatigue, dessiner les sourcils, se donner bonne mine… Après quelques étapes seulement, les femmes observent une différence. Chaque fois, l’animatrice fait une démonstration sur une des participantes et les autres reproduisent les directives qui viennent d’être données. Certaines ont plus d’expérience que d’autres, mais elles s’entraident entre elles. Une fois maquillées, les femmes se regardent en se complimentant. Leurs yeux s’ouvrent et elles sourient. Elles sont belles à voir.

Ensuite, les bénévoles montrent quelques techniques pour nouer un foulard sur la tête et d’autres accessoires; bonnets, bandanas. On constate que les possibilités sont nombreuses et c’est encourageant parce qu’il y en a pour tous les goûts.

Les Bénévoles

L’animatrice, une jeune femme très dynamique doit parfois ramener à l’ordre les participantes, mais l’ambiance est chaleureuse et le ton de la jeune fille est humoristique. Le rôle des bénévoles est d’assister les participantes avec les consignes données, mais elles doivent aussi avoir les oreilles grandes ouvertes et intervenir parfois afin qu’il n’y ait pas d’échanges de mauvaises pratiques. Elles se déplacent à travers le groupe en leur offrant au passage un petit verre d’eau. Toutes les bénévoles dans ces ateliers possèdent des compétences professionnelles en soin de la peau, coiffure et/ou maquillage.

Lorsque l’atelier s’est terminé, j’ai observé les bénévoles qui affichaient elles aussi un sourire satisfait. Un sentiment d’avoir rempli le contrat qui leur avait été confié. Leur salaire, c’est ça! C’est d’avoir contribué à ce que des femmes se sentent belles et à redonner un peu d’amour propre à celles qui s’oublient souvent à travers les traitements et les responsabilités qu’elles doivent bien souvent continuer à assumer.

Les Participantes

belle et bien dans sa peauElles sont toutes à des stades différents de leur cancer. Ici, nous ne parlons pas du diagnostic, ni des traitements. Il n’y a pas de groupes d’âge dans ces ateliers; jeunes ou moins jeunes, c’est le cancer qui les unis. La maladie rassemble; je l’ai appris avec les années. Probablement que chacune d’entre elles a des attentes bien précises en fonction de ses besoins et de son état. Elles deviennent des consœurs au moment ou elles franchissent la porte, elles discutent comme si elles se connaissaient déjà.

Une dame est venue avec sa fille, je suis émue lorsque la jeune fille observe sa mère et lui dit « tu es belle Maman! » À cet instant, je peux ressentir l’amour qu’elle porte à sa mère et le désir qu’elle a de la voir guérir. À ce moment, j’aurais juste envie de leur dire que tout ira bien.

Une autre participante explique qu’elle a rasé ses cheveux la veille. Rien que d’en parler évoque des souvenirs douloureux en elle et elle commence à pleurer sous le regard empathique de celles qui sont déjà passées par là; moi entre autre. Les bénévoles lui proposent d’essayer une prothèse. Toutes sont d’accord pour dire qu’elle est très belle. Mais la femme dans le miroir n’est pas la même qu’il y a quelques semaines avant de perdre ses cheveux. Un travail d’acceptation et de résilience devra être fait, mais aujourd’hui, elle a compris qu’il y avait des alternatives.

À la fin de l’atelier, une femme prend la parole pour donner un message d’espoir aux autres participantes parce que pour elle, les traitements tirent à leur fin. Son témoignage est touchant. La salle applaudit son courage.

Bien qu’aucune de ces femmes n’aient été informées que j’ai moi aussi été malade, le langage des survivantes nous amène à nous comprendre. À la pause, deux des participantes me demandent si j’ai terminé les traitements. Elles ont deviné que j’étais une consœur.

Bien plus qu’un simple atelier

En plus de permettre à des femmes de prendre du temps pour elles le temps d’une avant midi, les participantes repartent non seulement avec un magnifique cadeau, mais elles savent maintenant que de prendre quelques minutes le matin pour se maquiller peut avoir un réel impact positif sur leurs morals et même avec leur entourage. Il y a de fortes chances qu’elles se sentent plus à l’aise de voir des gens ou sortir de la maison si elles se sentent belles. Le but de cet atelier; ce n’est pas seulement d’enseigner à une femme comment appliquer de l’ombre à paupière, mais lui montrer qu’une routine de beauté de quelques minutes peut lui donner de la force pour affronter la journée.

Pour obtenir de l’information sur les ateliers ou sur les opportunités de bénévolat ou encore pour faire un don, visitez le site web de la fondation : lgfb.ca/fr/

Catherine

Partager cet article
Facebook
Facebook
Instagram
Follow by Email
  1. Bonjour,
    J’ai participé à l’atelier de belle et bien dans sa peau il y a environ 2 ans à la maison l’espoir c’est la vie affiliés à l’hôpital Juif de Montréal.
    L’expérience fut un vrai plaisir, de se surprendre des regards de nos compagnes,
    de voir les sourires se manifester par la progression des changements du au fait du maquillage transformateur et de la beauté de chacune oubliant pour quelques heures notre situation distincte.

    MERCI!

    1. Bonjour Mme Perrault,

      Merci de votre commentaire. Je vais le transmettre à l’équipe du programme de Belle et bien dans sa peau. Je suis certaine qu’ils seront heureux d’apprendre que vous avez apprécié l’expérience.

      J’espère de tout coeur que votre santé va mieux aujourd’hui. 🙂

      Cordialement
      Catherine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Facebook
Facebook
Instagram
Follow by Email